preloader
Lydra charge...

Pourquoi vous devriez fuir AWS, Azure ou Google Cloud !

AWS par-ci, Azure par là !

– Je suis fier d’avoir eu ma certif Google Cloud !

– Notre service tourne fièrement sur AWS.

– On cherche un expert Azure pour accompagner notre client dans son passage au cloud.

Toutes les semaines, je vois fleurir des posts de ce type sur LinkedIn.

Suis-je le seul à m’inquiéter ?

J’observe une surreprésentation des solutions de cloud américaines et propriétaires. N’y a-t-il pas de cloud en dehors des 3 gros ? N’y a-t-il pas de solution française ? Le cloud libre n’est-il pas assez bien pour nos entreprises ou nos start-up ?

Souvent quand je discute avec des prospects ou des recruteurs qui me demandent si je fais de l’AWS, je leur explique que j’ai arrêté et que je privilégie les fournisseurs français ou qui utilisent des solutions libres, comme OpenStack.

J’ai arrêté de vendre des presta sur AWS pour plusieurs raisons :

  1. Éthique : AWS, comme tous les membres des #GAFAM et autre #NATU, pratique l’évasion fiscale. Cette société prive donc sciemment les nations des ressources dont elles ont besoin pour soigner ou éduquer leurs citoyens. Elle ne paie pas sa juste part d’impôts ! Elle profite d’un avantage concurrentiel énorme face à nos entreprises françaises qui jouent le jeu.
  2. Politique : Laisser nos données entre les mains de ces hébergeurs c’est nous exposer à ce que le Cloud Act s’applique. De là à craindre aussi pour l’espionnage commercial, il n’y a qu’un pas. Et ce n’est pas la – vaine ? – tentative d’AWS de nous endormir rassurer qui va changer les choses. Quand on voit comment la décision de Trump au sujet de Huawei nous impacte, nous européens, nous avons donc bien quelque chose à craindre. C’est pour cela que nous devons renforcer notre présence numérique. Nous avons les talents et les infrastructures sont fleurissantes. Alors, qu’est-ce qui nous freine ?
  3. Sociétal : Amazon traite mal ses salariés, c’est un fait et ce n’est plus à démontrer. Alors, pourquoi continuer à commander ou à travailler avec eux ?

Je parle d’AWS, mais ce constat peut être fait pour Azure ou Google cloud, IBM cloud ou Alibaba Cloud.

L’engagement de l’open-source

À ce moment dans la conversation, je parle de notre engagement de privilégier les solutions libres comme OpenStack ou OpenShift. Elles sont matures et offrent d’excellentes alternatives à ces grands hébergeurs.

Alors quoi ? Pourquoi avons-nous tant de start-up qui partent sur AWS ? Pourtant, notre souveraineté numérique dépend aussi des fleurons que l’on soutiendra.

C’est pour S3 ? Pourtant, SWIFT marche bien ! Scaleway vient de sortir une solution entièrement compatible S3.

Lorsque j’interroge d’autres indépendants sur les raisons qui font que nous n’utilisons pas autant les solutions libres ou les hébergeurs français, voici leurs explications :

  1. C’est hype d’être chez AWS, ça montre qu’on fait partie des grands.
  2. Ils ont des coupons gratuits d’utilisation, donc ils les utilisent.

Bref, si on analyse froidement il y a peu de raisons pour partir chez ces géants américains.

Pourquoi est-ce déraisonnable

La Hype c’est bien beau, ça fait classe dans les soirées de l’Ambassadeur la FrenchTech, mais cela ne fait pas le chiffre d’affaires. Le client s’en fout que votre service soit chez AWS ou un hébergeur français, encore que ce n’est même pas sûr. Lui ce qu’il veut, c’est que votre service fonctionne !

Les réductions c’est bien. AWS et Google ne s’y sont pas trompés, car une fois chez eux vous êtes presque mariés. En effet, partir de chez eux a un coût tellement important que l’on finit par y rester. De ce fait, cette gratuité n’est qu’une belle façade, car à terme un hébergeur français (OVH ou Scaleway) est souvent moins cher avec des services équivalents. D’autant plus que le programme Digital Launch Pad permet lui aussi d’avoir des crédits cloud.

Alors que reste-t-il ? Les services exceptionnels d’AWS ? Bien sûr qu’AWS c’est super et que leurs services sont au top et en avance sur leurs concurrents, mais tout le monde n’a pas besoin d’un CDN cloudfront, d’un autoscaling group ou d’un loadbalancer managé avec des déploiements gérés par codeDeploy.

Bien souvent, les services d’OpenStack sont suffisants. Pourquoi n’envisageriez-vous pas de commencer à mettre votre infrastructure chez un hébergeur avec lequel vous n’êtes pas prisonnier ?

Pour la petite histoire, j’ai migré un GitLab hébergé chez Cloudwatt vers OVH récemment et cela m’a seulement pris une journée pour tous les environnements ! Et parce que justement certaines briques chez OVH sont encore propriétaires. D’ailleurs, Octave si tu me lis, à quand le Public cloud avec un OpenStack 100 % compatible ?

Le débat se poursuit sur le forum des Compagnons du DevOps. Rejoignez-nous !

 

Photo by Foo Bar on Unsplash

1 thought on “Pourquoi vous devriez fuir AWS, Azure ou Google Cloud !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *